La Mamounia, Marrakech : la vente Artcurial confirme l’engouement pour l’Ivoirien Aboudia


Pilipili MULONGOY (1914-2007 - Congo) : La chasse des guépards


Pour conclure l’année 2021 en beauté la célèbre maison d’enchères ARTCURIAL organisait le 30 décembre dernier une vente événement « Un Hiver Marocain » à La Mamounia de Marrakech, le rendez-vous incontournable des amateurs d’art.

Pour 192 lots proposés à la vente cette vacation se divisait en trois chapitres :

- Majorelle & ses Contemporains,

- Art Moderne & Contemporain

- Art Contemporain Africain


Marc CHAGALL (1887-1985) : Les amoureux au carré vert


Pour Majorelle et ses contemporains, cette session dévoilait des œuvres rares et historiques de Boutet de Monvel, Ackein, Dinet et Majorelle.

L’art moderne et contemporain réunissait des artistes de différents horizons dans un même catalogue !

Des marocains tels que Chaïbia et Melehi, des africains à l’exemple d’Aboudia ou encore Sidibé et enfin Chagall, Picasso, Matisse et Miró.

« Cet événement confortait ainsi la place qu’occupe Marrakech aujourd’hui sur le marché de l’art, » devait préciser Olivier Berman, directeur Artcurial Maroc.



ABOUDIA (Abdoulaye Diarrassouba dit) né en 1983 - Côte d'Ivoire : estimation triplée avec cette oeuvre partie à 1 300 000 MAD


L'Art Contemporain Africain à l’honneur


La section dédiée à l’art contemporain africain de la vente mettait à l’honneur les artistes modernes actuellement plébiscités par les collectionneurs privés et institutionnels.

Ainsi une grande œuvre du congolais Pilipili - voir en début d'article - estimée 130.000/190.000 dinar marocains MAD est-elle partie à 182 000 MAD.

Rappelons que Pilipili est l’artiste emblématique du Hangar, centre d’art créé au Congo, dont les représentations oniriques de la nature ont récemment emballé les ventes aux enchères à Paris.

La scène émergente d’Afrique des artistes recherchés par des collectionneurs était représentée.

On retrouvait ainsi l’incontournable Aboudia, qui vit entre Abidjan et Brooklyn et dont les prix suivent une trajectoire fulgurante depuis quelques mois aux Etats-Unis !

Une œuvre en technique mixte, collage et carton était proposée à une estimation de 330 000/550 000 MAD :

elle a été adjugée à plus du double, soit 1 300 000 MAD !

Plusieurs artistes de l’Afrique de l’Est étaient présentés dont une grande scène « à la Breughel » du Kényan Joseph Bertiers, une toile de l’Ougandais Arim Andrew et une œuvre sur papier de Tsham.

Afin de rendre hommage aux artistes femmes, particulièrement actives et en demande sur le marché de l’art contemporain africain, étaient présentées deux œuvres textiles de l’artiste angolaise Ana Silva et de sa compatriote Keyezua ainsi que des œuvres de Adjaratou Ouédraogo et Lizette Chirrine et Joana Chomali.

Enfin, la section se clôturait par les photos emblématiques des artistes photographes maliens Malick Sidibé et Seydou Keïta.



Malick Sidibé



Seydou Keïta




24 views0 comments