top of page

Villers-Cotterêts accueille le 4 octobre 2024 le Sommet de la Francophonie

 


(par Olivier THIBAUD & Ambre DELCROIX)


En octobre 2024, la France aura l'honneur d'accueillir le 19ème Sommet de la Francophonie, trente ans après une première fois en 1991.

Le Sommet se tiendra le 4 octobre au château de Villers-Cotterêts, dans l'Aisne - à 80km au nord de Paris - , un lieu chargé d'histoire et de symboles pour la langue française, avant de se poursuivre le 5 à Paris !



Le château historique de Villers-Cotterêts est – par le volonté du Président Emmanuel Macron - depuis le 30 octobre 2023 la Cité internationale de la langue française.



Historique car c’est dans ces murs que le roi François Ier signa en août 1539 l’ordonnance qui fit du français la langue du droit et de l’administration du royaume.




En ce lieu prestigieux sont appelés à se croiser visiteurs curieux, chercheurs, artistes de tous bords et entrepreneurs passionnés.

Le parcours de visite et une programmation culturelle pluridisciplinaire favorisent la création, la recherche et le débat d’idée autour de la langue française.

La Cité est appelée à devenir un laboratoire et un passeur de cette langue vivante et riche, sans cesse réinventée par ceux qui la parlent à travers le monde.



Cinq siècles après cette ordonnance, ils sont plus de trois cents millions de francophones.


Mais qui sont-ils, ceux qui parlent la langue française, et comment contribuent-ils à la faire vivre et évoluer ?



À l’occasion de l’ouverture prochaine de la Cité, Leïla Slimani, représentante personnelle du président de la République pour la langue française, a proposé à diverses personnalités d’explorer et de raconter ce que représente cette langue pour elles.



Leïla Slimani, journaliste et écrivaine franco-marocaine


Née d'une mère franco-algérienne et d'un père marocain, élève du lycée français de Rabat, Leïla Slimani grandit dans une famille d'expression française.

Son père, Othman Slimani, est banquier, sa mère est médecin ORL.

En 1999, elle vient à Paris. diplômée de l'Institut d'études politiques de Paris (Sciences Po), elle s'essaie au métier de comédienne (Cours Florent), puis se forme aux médias à l'École supérieure de commerce de Paris (ESCP Europe).

En 2014, elle publie son premier roman chez Gallimard, « Dans le jardin de l'ogre ».

Son deuxième roman, « Chanson douce », obtient le prix Goncourt 2016.

« Ma grand-mère détestait la langue française.

Mon père racontait qu’elle se mettait en colère quand elle entendait ses enfants s’exprimer dans cette langue.

La langue de l’école coloniale où était inscrit mon père.

La langue des riches, des colons, la langue des gens éduqués qui la regardaient de haut.

Ma grand-mère ne savait ni lire ni écrire et je peux comprendre sa rage quand elle voyait ses enfants, hauts comme trois pommes, déclamer en riant un poème de Ronsard.

Moi-même, je n’ai pas toujours eu avec la langue française un rapport apaisé.

Enfant, je voulais comprendre pourquoi c’était cette langue que nous parlions.

Pourquoi, alors que nous étions marocains, que nous vivions à Rabat, nous exprimions-nous dans cette langue-là ?

Je percevais, même enfant, que cela avait à voir avec notre classe sociale, avec notre degré d’éducation.

Et cette langue, d’une manière ou d’une autre, finissait par rimer avec domination.

Et puis elle est devenue mienne. »



Angélique Kidjo, chanteuse franco-béninoise


Née en 1960 au Bénin, Angélique Kidjo est une chanteuse reconnue à l’international. Célèbre pour la diversité de ses influences, elle chante en yoruba, en français, en anglais ou encore en fon. Très tôt, elle monte sur scène avec la troupe de théâtre que dirige sa mère, puis, à onze ans, elle chante dans le groupe monté par ses frères. En 1980, elle enregistre son premier album, Pretty. Installée à Paris, elle devient la voix du groupe Pili Pili avant d’enregistrer en solo Parakou (1990) puis Logozo (1991), qui marque le début de sa carrière internationale.

… En 2021, Time Magazine l’inscrit sur sa liste des cent personnalités de l’année les plus influentes au monde.

« J’ai grandi entourée de plusieurs langues :

celle de ma mère, le yoruba, celle de mon père, le fon, et bien sûr celle de l’ancien colonisateur, le français. »



Beata Umubyeyi Mairesse, écrivaine franco-rwandaise


Née au Rwanda en 1979, Beata Umubyeyi Mairesse est écrivaine.

À quinze ans, elle survit au génocide des Tutsi et part pour la France où elle fait des études de sciences politiques.

Elle travaille ensuite au sein d’ONG sur différents continents.

Elle est l’autrice de nouvelles (Ejo, suivi de Lézardes et autres nouvelles, Autrement, 2019), de poésie (Après le progrès, La Cheminante, 2019), ainsi que d’un premier roman, Tous tes enfants dispersés (Autrement, 2019), récompensé en 2020 par le Prix des cinq continents de l’Organisation internationale de la francophonie OIF.

« La littérature devient mon pays, ma langue, le seul endroit où je peux être qui je veux, loin des représentations racistes et des déterminismes sociaux. »



Lilian Thuram, footballeur international


Lilian Thuram est né en Guadeloupe en 1972.

Après une prestigieuse carrière de footballeur international (avec l’équipe de France, il a été champion du monde en 1998 et champion d’Europe en 2000), il a créé en 2008 la fondation Éducation contre le racisme, pour l’égalité.

Il a publié plusieurs ouvrages dont Mes étoiles noires (Philippe Rey, 2010).

Il a été commissaire général de l’exposition « Exhibitions. L’invention du sauvage », au musée du quai Branly – Jacques Chirac en 2011-2012.

« Plus que des langues, la Francophonie ne serait-elle pas des langages, des paroles individuelles qui permettent de créer des liens, d’affirmer, de convaincre, de dénoncer les injustices, de défendre ce qui est juste, de promouvoir la paix ? »



La ville la plus francophone du monde est … Kinshasa (non, ce n’est pas Paris !)


Aujourd’hui plus de 321 millions de personnes parlent français à travers la planète, sur cinq continents.

A ce sujet, le dernier classement révèle quelle est la ville la plus francophone à travers le monde et - aussi surprenant que cela puisse paraître - elle ne se trouve pas en France.


Sur les 15 premières villes du classement, 11 se trouvent sur le continent africain !


Une tendance qui corrobore les estimations de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF), qui prévoit que 80 % des francophones à travers le monde seront Africains d’ici 2050.

Le français pourrait alors devenir la troisième langue la plus parlée au monde, au lieu de la cinquième actuellement.



Le classement des villes les plus «  francophones » à travers le monde est le suivant :


1 - Kinshasa, en République démocratique du Congo (RDC) : 14 millions d’habitants

2 - Paris, en France : 11 millions d’habitants

3 - Abidjan, en Côte d’Ivoire : 5,4 millions d’habitants

4 - Yaoundé, au Cameroun : 4,6 millions d’habitants

5 - Casablanca, au Maroc : 4,3 millions d’habitants

6 - Bamako, au Mali : 4 millions d’habitants

7 - Ouagadougou, au Burkina Faso : 3,8 millions d’habitants

8 - Alger, en Algérie : 3,7 millions d’habitants

9 - Dakar, au Sénégal : 3,7 millions d’habitants

Montréal, au Québec, au Canada : 3,7 millions d’habitants

Mbujimayi (ex- Bakwanga), en République démocratique du Congo : 3,6 millions d’habitants

Douala, au Cameroun : 3,6 millions d’habitants

Port-au-Prince, à Haïti : 3,1 millions d’habitants

Conakry, en Guinée : 2,9 millions d’habitants

Beyrouth, au Liban : 2,8 millions d’habitants



La République démocratique du Congo (RDC) : le géant francophone aux dimensions comparables à celles de l'Europe !



Les tours de Babel par Chéri Samba, artiste peintre de la République Démocratique du Congo


A savoir

Modalités de visite 

Les visiteurs sont invités à consulter en amont de leur visite le site www.cite-langue-francaise.fr où les modalités de visite sont mises à jour.

Horaires :

ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h30

Tarif individuel : 9 €

Gratuité :

→ Moins de 18 ans (en famille et hors groupes scolaires)

→ 18-25 ans (ressortissants de l’Union Européenne et résidents réguliers non-européens sur le territoire de l’Union Européenne)

→ 1er dimanche du mois de janvier à mars et de novembre à décembre

→ Personnes handicapées et leur accompagnateur (un accompagnateur par personne)

→ Demandeurs d’emploi, sur présentation d’une attestation de moins de 6 mois, bénéficiaires RMI,RSA, aide sociale

→ Journalistes

Billets combinés :

Billet jumelé Cité et château de Pierrefonds 15 €

Billet triplé Cité et châteaux de Pierrefonds et de Coucy 20 €

Bon plan :

Pack TER/SNCF (entrée + titre de transport aller-retour) 18 €




Villers-Cotterêts : la maison natale d'Alexandre Dumas


76 views0 comments

Recent Posts

See All

Comments


bottom of page