Côte d’Ivoire : l’agriculture clé du développement

Updated: Apr 6

Si la Côte d’Ivoire est qualifiée - à juste titre - de « puissance agricole » c’est que le secteur agricole y est au fil des années devenu l’un des plus dynamiques de l’Afrique subsaharienne .


L’agriculture représente en effet le secteur clé de l’économie ivoirienne puisqu’elle occupe plus de la moitié de la population active et assure plus de 20% du Produit Intérieur Brut (PIB).

L’agriculture ivoirienne représente en outre 70% des recettes d’exportation du pays.

Aujourd’hui le secteur agricole reste la principale source de croissance et de réduction de la pauvreté.

La Côte d'Ivoire leader mondial du cacao, premier producteur mondial de noix de cajou, ainsi que de noix de cola…

Ainsi, pour 2018, il n’est pas inutile de rappeler que la Côte d’Ivoire est le premier producteur mondial de cacao (2 019 479 tonnes), une place qu’il dispute avec son voisin le Ghana.

La production de café s’est élevée la même année à 123 924 tonnes (3ème rang africain).

La noix de cajou (761 317 tonnes) lui permet d’occuper la première place mondiale (devant l’Inde).

Le coton la place au 3ème rang africain (412 646 tonnes).

Avec l’hévéa elle de hisse au poste de 1er pays africain et 7ème mondial.

La noix de cola la place au 1er mondial (260 000 tonnes).

La banane (360 000 tonnes) et l’ananas (170 000 tonnes) font d’elle le 1er exportateur africain…

Actuellement le Programme National d’Investissement Agricole de deuxième génération ou PNIA 2 vise une transformation structurelle de l’économie agricole et aspire à une agriculture durable, compétitive et créatrice de richesses soutenues.

La mise en œuvre de ce PNIA 2 est basée sur une approche intégrale et globale dite « d’Agro-Pôle » avec une intégration horizontale de toutes les activités en amont et en aval sur la chaîne des valeurs agricole avec le développement des activités connexes.

Parmi les projets phares figurent la digitalisation ou numérisation de l’agriculture et l’accès au financement bancaire.

Mais l’un des défis les plus importants à relever dans le présent est l’enjeu du changement climatique.


Il apparaît nécessaire d’envisager des actions liées à l’adaptation des pratiques agricoles et aussi à celles de la protection des ressources naturelles et la restauration du potentiel détruit par le système extensif.

C’est ainsi qu’en ce qui concerne la lutte contre la déforestation, la Côte d'Ivoire souhaite atteindre 20% de couvert forestier (ensemble formé par les cimes des arbres d'une forêt, indicateur de l'état de santé de la planète) en 2030, alors que ce taux est tombé à 11% en 2015, soit 3,4 millions d'hectares, selon la Fondation mondiale du cacao…

C’est l’un des objectifs ambitieux qui permettent à la Côte d’Ivoire de poursuivre sa voie vers le développement et qui justifie l’expression de « miracle ivoirien »…


Focus sur l'entrepreneur de l'année

Axel-Emmanuel Gbaou, le très dynamique et talentueux PDG du « Chocolatier ivoirien » :

« En Afrique, il nous faut passer à la transformation locale de nos matières premières »

Ancien cadre bancaire à Abidjan, devenu artisan et PDG du « Chocolatier ivoirien », Axel-Emmanuel Gabou a été repéré en Côte d’Ivoire par les équipes de Business France et invité à participer au grand forum #AmbitionAfrica en octobre 2019 à Paris-Bercy – Ministère français des Finances.

Dans le même temps il participait dans les jours suivants pour la cinquième fois au Salon du Chocolat, toujours à Paris.

Rappelons qu’ Axel-Emmanuel Gabou a été élu « Entrepreneur Africain de l’Année 2021 » par le jury des journalistes africains du Prix de la Presse Panafricaine – MOKANDA !


Quelques souvenirs du dernier Salon International de l'Agriculture (SIAL 2020) à Paris .

Le stand de la Côte d'Ivoire a été élu meilleur stand africain pour la présentation et l'animation par le jury des journalistes africains du Prix de la Presse Panafricaine – MOKANDA !




Le guide "Petit Futé " pour découvrir ou préparer un séjour réussi en Côte d'Ivoire !